Coronavirus – L’avenir des fonderies allemandes

Commentaire d’expert, partie 1 Coronavirus – L’avenir des fonderies allemandes

| Éditeur:
Nicole Kareta

Les effets du coronavirus sont déjà évidents pour de nombreuses fonderies allemandes. Selon l’expert Johannes Messer, les prêts gouvernementaux et les nouvelles stratégies pourraient faire partie de la solution. Lisez la déclaration complète!

Sociétés liées

« Malgré tous les ajustements de coûts, les résultats de l’entreprise s’effondreront fortement. »

Série d’experts – Zoom sur l’Allemagne

Comment le coronavirus affecte-t-il exactement les fonderies locales et comment les différents pays sont-ils préparés à la crise? Dans la série d’articles, nos experts donnent un commentaire sur la situation actuelle dans leur pays ainsi que des recommandations d’action pour l’industrie. Dans la première partie de la série d’experts, Johannes Messer fournit des informations sur la situation en Allemagne causée par le coronavirus.

La propagation actuelle du coronavirus aggrave considérablement la situation des fonderies de taille moyenne. En conséquence, la gestion de crise à court terme doit désormais être prioritaire, dans le but de sécuriser la liquidité. En outre, l’accent est mis sur des sujets stratégiques tels que la fidélisation de la clientèle, la recherche de partenaires et la flexibilité pour n’en citer que quelques-uns. La direction est donc mise au défi de montrer la voie à suivre pour l’avenir de l’entreprise.

Les crédits compensent les pertes

Malgré tous les ajustements de coûts – probablement principalement dans la fourchette variable – les résultats de la société s’effondreront cependant fortement. C’est là que les prêts gouvernementaux peuvent aider. Les mesures actuellement prévues par l’État pour protéger les entreprises contre la menace d’insolvabilité comprennent les prêts aux entreprises et la prolongation des délais légaux pour déposer une demande d’insolvabilité. Cela doit être salué dans un premier temps. Les prêts sont nécessaires pour compenser les pertes subies actuellement par les sociétés. Pour la plupart, les entreprises ne seront pas en mesure de rembourser intégralement ces prêts dans un délai prévisible. Une solution pourrait être d’accorder un traitement spécial aux prêts qui n’ont été utilisés que par les entreprises pour compenser les pertes pendant la crise. Les entreprises pourraient, par exemple, être dégagées des coûts énergétiques et des impôts sur les sociétés. Ces allégements pourraient ensuite être utilisés pour rembourser les prêts.

Près de 40% des entreprises interrogées avaient déjà introduit le chômage partiel ou prévoyaient de le faire dans un avenir immédiat.

Modifications de la chaîne de valeur entière

Les experts conviennent déjà que l’ampleur de la crise sera grave. Il y aura des changements majeurs dans toute la chaîne de valeur (produits de fonderie). Les entreprises disparaîtront du marché, non seulement en cas d’insolvabilité. Les fonderies doivent désormais repenser leur stratégie à moyen et long terme. C’est le seul moyen de s’assurer que les opportunités après la crise peuvent également être exploitées.

L’industrie automobile particulièrement touchée par la crise

Outre les fonderies, l’industrie automobile doit également faire face aux conséquences du coronavirus. Même avant la propagation de Covid-19, l’industrie automobile était déjà dans un champ de tension multidimensionnel, ici on peut parler au sens figuré d’une maladie préexistante. Le coronavirus est maintenant ajouté à cela, ce qui a considérablement augmenté le risque potentiel. La perte de profit due à la baisse de la production ne peut pas être compensée à court terme par des industries extérieures à l’industrie automobile, mais probablement pas à long terme non plus. Une chose est sûre: une fois la crise terminée, l’ensemble de l’industrie automobile tentera de compenser les pertes subies. Malgré le battage médiatique qui entoure la mobilité électrique, les systèmes d’entraînement actuels joueront certainement encore un rôle important ici.

Les mesures de protection contre le coronavirus ont conduit à des inefficacités de production et à une pression supplémentaire sur la rentabilité des sites.

En raison de la forte dépendance à l’égard de l’industrie automobile, les défis et les risques associés aux effets du coronavirus sont particulièrement élevés. D’un autre côté, il y a des opportunités. En Europe, nous avons des gens très bien éduqués avec un énorme savoir-faire. C’est une chance que l’Allemagne et toute l’Europe devraient saisir.

Cet article est protégé par le droit d’auteur. Vous souhaitez l’utiliser pour votre propre usage?
Contactez-nous à support.vogel.de (ID: 46419601)

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut